Yes Minister

100706_yes_minister.1278446679.jpg

Il y a trente ans, la BBC lançait une série de comédies mettant en scène le monde politique. Malgré le temps passé, regarder ces sketches d’une demie heure chacun procure un grand plaisir.

Patrick Lagadec m’avait souvent vanté l’humour dévastateur de « Yes Minister », la série programmée par la BBC entre 1980 et 1984. Ayant eu l’occasion de l’acquérir pour £6 chez le supermarché Sainsbury’s, j’ai en effet passé un bon moment.

Dans la première séquence, James Hacker prononce un discours enflammé un soir d’élection. Il vient d’être élu député. Ministre de l’Agriculture dans le « shadow cabinet », il attend anxieusement l’appel du nouveau Premier Ministre. Celui-ci finit par l’informer de ce qu’il occupera le portefeuille des Affaires Administratives.

Le Directeur de Cabinet Sr Humphrey Appleby (joué par Nigel Hawthorne) va s’employer à déniaiser le Right Honorable James Hacker (joué par Paul Eddington). Chauffé par son Conseiller Politique, le nouveau ministre prend à cœur le slogan de campagne : « open government! » Il fait diffuser à la presse un article s’en prenant vertement à la commande, par le précédent ministre, d’ordinateurs américains alors que le chômage frappe en Grande Bretagne. Las ! Le Premier Ministre prépare un déplacement à Washington et l’initiative de son Ministre est une catastrophe. Fort heureusement, Sr Humphrey a fait prendre à l’article les circuits de la censure interne. Il s’excuse hypocritement pour avoir omis les nouvelles règles de transparence. Non moins hypocrite, Sr Humphrey répond que tout le monde peut se tromper.

Tout est de la même veine. Le ministre est plein de bonne volonté mais, face au risque de voir se détourner des électeurs ou de perdre son portefeuille, il n’a pas le courage de faire front et se laisse manipuler. Une séquence très actuelle est celle où, résolu à réduire son administration de 23.000 personnes, il finit par supprimer quelques dizaines de postes de postes de serveuses de thé.

La série constitue une critique au vitriol de la classe politique, politiciens et hauts fonctionnaires mêlés. Si le mobilier et les outils de communication datent de trente ans, la comédie n’a pas pris une ride.

Photo BBC, « Yes Minister  »