Le pape et la mafia

Arte TV a récemment diffusé un documentaire intitulé « le pape et la mafia », à la suite de l’excommunication des Mafieux par le pape François.

En juin 2014, à Reggio Calabria, le pape François excommunia les Mafieux :  « La ‘Ndrangheta  est adoration du mal et mépris du bien commun. Ce mal doit être combattu, chassé. Il faut lui dire non. (…) Ceux qui dans leur vie ont choisi cette voie du mal, comme les mafieux, ne sont pas en communion avec Dieu, ils sont excommuniés». Déjà en 1993 son prédécesseur Jean-Paul II avait fermement condamné la Mafia, qui avait réagi par des attentats contre des églises de Rome. 

Visite du pape à la prison de Castrovillari, dans le sud de l'Italie

Visite du pape à la prison de Castrovillari, dans le sud de l’Italie

Dans « le pape et la mafia », le journaliste John Dickie met en lumière la rupture que constituent ces prises de position et l’excommunication des mafieux. Dans le contexte de la guerre froide, l’Église Catholique et son avatar politique, la Démocratie Chrétienne, ont eu partie liée avec les mafias, en Sicile et dans le sud de l’Italie. Ils combattaient un ennemi commun, le communisme. Les mafias finançaient généreusement les paroisses, les lieux de pèlerinage, les œuvres catholiques et les campagnes électorales.

 Le reportage souligne que les mafieux sont, à leur manière, profondément croyants : ils vont à la messe, prient, participent aux processions, lisent des livres pieux, respectent la morale sexuelle imposée par l’Église. Ils s’abstiennent d’assassiner le vendredi, jour de la mise à mort du Christ. Certes, ils sont conscients de ce que le meurtre, l’extorsion, le vol, la torture, le trafic de drogue, d’armes et de déchets toxiques sont contraires à la morale chrétienne, mais le sacrement de pénitence les libère du péché et leur ouvre la voie du paradis. Ils s’estiment comptables de leurs actes devant Dieu, par l’intermédiaire des prêtres, et non devant la société et ses juges.

 L’excommunication des mafieux place les prêtres des paroisses dominées par la ‘Ndrangheta, la Camorra ou la Mafia face à une situation compliquée. Le reportage montre une procession mariale dans un village : le cortège s’arrête devant l’immeuble d’un boss mafieux arrêté, la statue de la Vierge Marie se tourne vers la façade et s’incline…

 Le style du reportage diffusé par Arte TV est agaçant, avec des musiques et des images de thriller. Ce documentaire donne toutefois des informations intéressantes sur une rupture qui marquera durablement le sud de l’Italie.