Flânerie dans Londres

Quelques jours à Londres plongent le visiteur dans une ambiance très particulière.

De l’impériale d’un autobus manœuvrant dans un gigantesque embouteillage, observer la foule des passants venus des cinq continents. On parle à Londres plus de trois cents langues. C’est un précipité de la diversité des peuples du monde.Observer les vitrines des boutiques de Knightsbridge et s’émerveiller des reflets changeants au gré du trafic et des alternances de soleil et de nuages.

Pénétrer à la Tate Britain sans payer de droits d’entrée et s’imprégner des chefs d’œuvre de la peinture en Grande Bretagne : les œuvres oniriques de William Blake, les paysages lumineux de Turner, l’appel des Préraphaélites à remonter l’histoire à contresens et à annuler la révolution industrielle, le désespoir de Francis Bacon après Auschwitz et Hiroshima.

Perdre une heure dans les étages de Fortum & Mason, cette boutique au luxe suranné qui propose des dizaines de variétés de thé et des chapeaux haut de forme dans un style « so British ».

Écouter tinter le carillon de Big Ben, marcher jusqu’à Trafalgar Square et goûter le silence de l’église St Martins in the Fields. Admirer l’harmonie des proportions, l’équilibre subtil entre austérité et opulence, contempler l’extraordinaire vitrail de crucifixion et de résurrection de l’Iranienne Shirareh Houshiary.

Déguster une « English ale » tiède et déjeuner d’un « fish and chips » dans un pub, puis le soir chercher un restaurant ethnique dans lequel on mange de la cuisine turque, géorgienne ou indienne avec les mêmes saveurs qu’en Turquie, en Géorgie ou au Rajasthan.

Consacrer une soirée à un « musical » (comédie musicale) dans un théâtre de West End où se produit depuis des années l’indémodable Mamma Mia, ou mieux encore, à « The Other Palace », tout proche du Palais de Buckingham, qui met en scène des créations originales, à l’image de cette ville bouillonnante d’énergie et de créativité.