Demain

Le film « Demain », de Cyril Dion et Mélanie Laurent a obtenu le César du meilleur documentaire et demeure à l’affiche après plus de trois mois d’exploitation. Et c’est mérité.

L’ambition du film est de raconter une histoire qui fait du bien. Pourtant, les premières séquences font froid dans le dos. Il ne s’agit ni plus ni moins que de l’extinction prochaine de l’humanité si elle ne change pas radicalement, et d’urgence, son modèle de développement et son rapport à la nature.

Mais bien vite, c’est un discours positif qui prend le dessus. Les lecteurs de « transhumances » trouveront dans le film quelques-uns des thèmes qui irriguent ce blog : la nécessité de tourner le dos à la monoculture extensive et d’aller vers une agriculture respectueuse du sol et diversifiée ; l’utilisation d’énergies renouvelables et les économies d’énergies ; une économie plus proche des gens, par exemple par le développement de monnaies locales ; la réinvention de la démocratie ; un système éducatif qui donne à chaque enfant sa chance.

160316_Demain_Film2

Rob Hopkins, créateur du mouvement des villes en transition, présente un billet de 21 livres locales

J’ai été enthousiasmé par ce film, comme beaucoup de spectateurs. Son propos n’est pas de distiller la peur de la catastrophe, au risque de tétaniser les citoyens et de les amener à se retrancher dans leur petit confort. Il propose des solutions, montre des acteurs enthousiastes de ces solutions, démontre que la prise de conscience et l’action sont maintenant de dimension mondiale (le film a été tourné dans dix pays). Bref, lecteurs de « transhumances », allez voir « Demain » toutes affaires cessantes !

Une critique que l’on peut faire au film est de discréditer trop facilement les organisations gigantesques. On comprend le propos. Il s’agit, de dénoncer les ravages de la culture de la prédation qui est le moteur de l’économie mondiale capitaliste et de faire comprendre que « small is beautiful ».

Néanmoins, lorsqu’un couple de maraîchers du Bec-Hellouin explique comment, sur une petite surface de terre ingrate ils produisent autant que d’autres sur des centaines d’hectares, ils disent aussi qu’ils ont l’un et l’autre suivi des études supérieures. Leur connaissance du milieu végétal, ils la doivent à un système d’enseignement et de recherche qui fonctionne à l’échelle globale. De la même manière, le documentaire présente une culture sous serre à l’île de La Réunion. L’originalité du projet consiste en ce que les serres sont mises à disposition des agriculteurs par un producteur d’énergie solaire : le toit des serres est constitué de panneaux solaires de haute technologie.

Il reste que « Demain » est un excellent film. Pour illustrer l’intérêt d’implanter des jardins potagers tout près des consommateurs, le film s’intéresse à la prison du Port, à l’île de La Réunion, où des détenus produisent des légumes et apprennent l’horticulture en vue de leur réinsertion. Une raison de plus pour moi d’aimer ce documentaire qui apporte de l’air frais.

160316_Demain_Film4

Serres sous panneaux solaires à La Réunion